N.A.S.A: The Spirit Of Apollo

Publié le par Crazy Horus

 


Parmi les sorties de ce début d'année, on peut affirmer sans prendre trop de risques que cet opus à la couverture baroque fait figure de véritable O.V.N.I. Dans l'insondable galaxie hip hop, on se perd parfois, ne sachant définir tel ou tel projet, tellement le rap a aujourd'hui changé ce qui nous amène quelques fois à nous demander si ce qu'on a dans les oreilles en est vraiment, à l'image du dernier Kanye West par exemple… The Spirit of Apollo n'échappe pas à cette étrange impression qui au premier coup d'œil sur la tracklist voit s'aligner des pointures dans leurs domaines respectifs : Chali 2na, Chuck D, Method Man, E-40, RZA, John Frusciante (actuel guitariste des Red Hot), KRS-One, Karen O (chanteuse des Yeah Yeah Yeahs), ODB, le monstre du jazz Tom Waits, Kanye West, Kool Keith, Santogold, George Clinton

Une telle palette d'artistes peut-elle rendre quelque chose d'original, d'intéressant ?

N.A.S.A réunit DJ Squeak E. Clean et DJ Zegon deux mecs à la cool et au regard amusé qui trahit une certaine fierté pour avoir rassemblé cette pléiade tout de même rare. L'effet d'annonce est réussi il ne reste plus que le décollage…

Derrière cette appellation étrange de N.A.S.A se cache un code : North America South America. Les influences sont là, côté nord-américain on retrouve une touche hip hop, rock, pop, et fortement électro, côté sud-américain on balance plus vers de la soul brésilienne, de la samba, une chaude ambiance, des percussions et même un peu de ragga. Mélange explosif certain, feu d'artifice sonore déconcertant à la première écoute qui fait plus penser à un joyeux bordel qu'à un véritable disque carré, bien formaté qui respecte les codes. Rien de tout ça ici donc. On peut passer d'une atmosphère festive, colorée par la voix grave de Chali 2na et son flow si reconnaissable sur « The People Tree », à un hip hop inter galactique animé par les deux « rapponautes » Method Man et E-40 sur « N.A.S.A Music ». Déstabilisant non ? Rien ne semble acquis. Les deux producteurs se sont amusés à empiler les sons les uns sur les autres, pour un résultat étourdissant, mais qui semble tout de même être dans l'air du temps, c'est-à-dire un son qui n'a plus de frontières, plus aucune limite. La diversité qu'ils proposent permet donc à chacun d'y trouver son compte (ou pas).

Vous êtes plus trip hop, peut être aimerez vous le vertigineux « Way Down » porté par la voix sensuelle et froide de Barbie Hatch et son timbre légèrement opiacé qu'accompagne le sombre flow de RZA. Si vous penchez plus vers un côté rap/rock à la manière des Beastie Boys, « Strange enough » sera probablement à votre pointure avec sa guitare rock et la folie lyricale de feu ODB lui aussi rock star à sa manière. Vous êtes plutôt folk ? Rejoignez les méandres de « Spacious Thoughts » tout droit sortit d'un film d'épouvante, mettant en scène un dialogue funèbre entre Kool Keith et Tom Waits qui sublime ce titre obscur de sa voix rauque. Avec « Whatchadoin ?», N.A.S.A nous propose un genre plus sucré au style électro/pop très rythmé dont le refrain ne vous lâchera pas de la journée, c'est certain. Un peu dans la même veine, « Theirs a party » est une complainte à la gloire de la fête concoctée par la démence de George Clinton et la touche délicieusement old school de Chali 2na. Par ailleurs, l'opus ne dénigre pas un retour à un rap plus dans les formes habituelles sur « Hip Hop » interprété par le charismatique KRS-One pour un titre polychrome, vif agrémenté de quelques scratches.

Seulement à force de passer d'un style à un autre, l'album se perd assez rapidement vers un éclectisme dénué de sens et de véritable musicalité (« A volta ») ou encore vers une sorte de resucée à la Kanye West (« Gifted »), c'est-à-dire un genre de rap/pop très en vogue à l'heure actuelle et qui trouverait facilement sa place en fond sonore lors d'un défilé de haute couture…

Chacun se fera donc une idée en écoutant ce qui pouvait paraître au début comme une sortie fraiche, mais qui s'avère au final décevante. Dommage, car certains morceaux intéressants dont l'excellent « Soul Samba » featuring Del Tha Funkee Homosapien & DJ Qbert, sont littéralement noyés par une avalanche sonore anarchique et incohérente. On pourra tout de même se reporter sur « O Pato » produit à l'ancienne qui combine percussions et scratches ou sur l'instrumental « N.A.S.A Anthem » qui vient clore cet album sur une touche de soul brésilienne.

 

 

 

Chronique publiée pour Rap2k.com

 



Publié dans Rap

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article