Mos Def: The Ecstatic

Publié le par Crazy Horus

 

Depuis la création du duo Black Star avec Talib Kweli, Mos Def a toujours recherché la diversité musicale. Son Black On Both Sides (1999) restera à jamais comme son œuvre majeure, appréciée à sa juste valeur tant par les aficionados que par la critique. Dès lors, Dante Terrell Smith opte pour une ligne artistique qui se détache d’un rap dit « traditionnel », proposant une fusion originale entre rap, rock, blues et soul en 2004 avec The New Danger après avoir quitté le label Rawkus pour Interscope/Geffen Records. Une prise de risque qui est tout à son honneur, mais qui lui attire tout de même de vives critiques. Cette sorte de retour aux sources devait marquer le début d’une ère brumeuse pour le rappeur qui semble alors plus convoiter la toile (Something the Lord Made,  16 Blocks, Talladega Nights: The Ballad of Ricky Bobby, Cadillac Records,  Be Kind Rewind) que la chaleur étouffante des studios. Conséquence : son troisième album Tru3 Magic paru en 2006 est un flop monumental…

 

Le talentueux rappeur de Brooklyn à la voix et au flow si personnels se devait de remonter la pente, réaffirmer son amour pour le Hip Hop et retrouver ce charisme artistique qui lui avait permis d’effleurer la perfection à la fin des années 1990.

 

Difficile donc, lorsque les sirènes du cinéma semblent plus séduisantes que le rythme des bpm, de revenir en studio. S’attaquer à un nouvel album et retrouver les premières extases n’est pas une mince affaire. Pour cela, Mos Def se dote d’un titre ultra positif qui semble vouloir exprimer le retour du bonheur indicible, celui du plaisir ineffable de créer. Mais qu’en est-il réellement ? 

 

A première vue l’ensemble paraît solide grâce notamment à la participation de trois producteurs talentueux : Oh No (frère de Madlib), Madlib lui-même et le défunt J Dilla. Dans la logique des choses l’apport de ces pointures est un gage de qualité ce qui rend le projet crédible. Quant aux featurings, on ne distingue que la présence du compère de toujours Talib Kweli, le maître du story telling Slick Rick ainsi que la chanteuse Georgia Anne Muldrow. Alléchant non ?

 

Hé oui, très alléchant même lorsqu’arrive le titre inaugurateur « Supermagic », reposant sur un riff de guitare subversifdu morceau « Ince Ince » de la turque Selda Bagcan. La surprise aurait été totale si cette véritable boule électrique sur laquelle The Boogie Man fait glisser un flow sûr n'était déjà connue sous le nom de « Heavy » parue sur Dr. No's Oxperiment. Il en va de même pour « Auditiorium » et « Wahid » qui ne sont que des versions rappées de « Movie Finale » et « The Rip Off (Scene 3) » du Beat Konducta vol. 3-4 et à laquelle Mos Def n’apporte pas grand-chose, tout comme l’excellente production de Dilla « History » déjà entendue auparavant. Une telle compilation pourrait faire passer l’album pour une mix-tape et c’est là un des points faibles de l’opus. Le fait de reprendre plusieurs instrumentaux peut être considéré à la fois comme un manque d’originalité, du simple remplissage ou peut être tout simplement comme une incapacité du rappeur à s’entourer correctement pour un projet sérieux. Ajoutons à cela des productions pâles, presque lymphatiques comme « Roses », « Revelations », « Twilite Speedball » ou « No Hay Nada Mas ».  ¡Que pena ! dirons nous, le temps passe très lentement, on en vient à s’impatienter et à espérer que le morceau suivant sera le bon…en vain.

 

Heureusement de très bons titres s’extirpent de cette mollesse ambiante, bien qu’ils se comptent sur les doigts d’une main. « Casa Bey » nous offre un instant funk à souhait sur un sample de Banda Black Rio, alors que « Life In Marvelous Times » se veut plus introspectif et oppressant, grâce à un crescendo électro qui prend aux tripes comme rarement. Notons aussi le classicisme mais non moins efficace de la production de Preservation sur « Priority » s’articulant autour d’une délicate boucle de piano et d’un chœur de trompettes qui permettent à Mos Def de développer un rap fluide.

 

Alors voilà, pour se faire une idée simple et rapide de l’album enlevez les titres déjà connus, vous n’obtiendrez plus grand-chose excepté trois ou quatre morceaux de bonne facture. L’opus semble avoir été réalisé « à la va vite » un peu à la manière de « Tru3 Magic » sans trop de sérieux, en tentant de montrer un semblant d’intérêt pour la chose. Dès lors un choix doit s’imposer pour le boogie man, faire du cinéma ou de la musique. Même si les deux ne sont pas incompatibles Mos Def ne semble pas pouvoir tenir les deux dans un parfait équilibre. Nous on préférait quand il s’investissait dans le son.

 

 


 

Publié dans Rap

Commenter cet article

SnowgoonS 07/03/2010 11:04


"Telerama a mis 4 F à sa sortie" toi aussi tu reçois telerama ^^
connaissant leurs sévérité c'est plutôt étonnant quoique, comme tu l'as dis, le fait de l'écouter sans rien y attendre de spécial sans aucune arrière pensé permet peute etre de pouvoir le
savourer
plus facilement.

je ne suis pas un fan inconditionnel de Mos (bien qu'il soi un très grand artiste) de ce fait j'ai pris cette album simplement et je dois dire qu'il m'a quand même bien plus


SnwogoonS 06/03/2010 14:47


"de cette mollesse ambiante" c'est un peu dur quand même, c'est incroyable comme cette album a fait couler de l'encre, il y a ceux pour qui il est magistrale pour qui Mos est bel et bien de retour
et ceux qui auraient une tendence à dire "mes enlevés la merde que vous avez dans les oreilles c'est faible c'est mou c'est mauvais"


Crazy Horus 06/03/2010 23:51


Ouais vraiment pas facile à définir cet album. Sur le coup j'ai été super déçu, car je ne m'attendais pas à autant de resucées. Mos Def n'a pas besoin de ça et peut s'entourer de prodos
susceptibles de pondre des beats vraiment élaborés, d'autant qu'au mic ce mec est une référence (surtout dans sa période Rawkus là il était imbattable). Après c'est vrai que j'ai été un peu dur sur
la chronique mais la déception était grande. Rien à voir avec du purisme (Telerama a mis 4 F à sa sortie) j'aurais aimé un truc moins bancal et plus surprenant. Bref, le genre d'opus qui partage
les amateurs de bon son. Je persiste à dire que Mos n'est pas à son meilleur, mais qu'en même temps la comparaison avec BOBS n'est pas à faire car les deux sont totalement différents et n'ont pas
le même contexte.


Midnight-Marauder 18/07/2009 19:58

Bonne chronique, bonnes références ! Sinon ben l'album j'ai plutôt du mal à bien l'apprécier, certes y a des morceaux franchement monstrueux comme Priority et Auditorium où il tient l'auditeur par son flow je trouve, mais faut que j'écoute le reste en profondeur !

Lil' $im 15/07/2009 20:42

Merci de ton commentaire l'ami =) n'hésite pas a repassé =)
Je me suis surpris a aimé cet opus, j'étais pas trop fan de Mos Def avant, j'ai du mal avec Black On Both Sides...Bizarre...Par contre celui-ci il passe plutôt pas mal. Dommage de voir des morceaux assez court quand même.

Sagittarius 15/07/2009 10:35

Ouais, pas mémorable du tout ce disque, je songe à le revendre... ça fera un heureux qui l'achètera d'occase.
Bonne chronique sinon!

Crazy Horus 15/07/2009 16:49


Tu trouveras forcément quelqu'un à qui le refourguer, mais pas à moi héhé.