Pseudo Slang: We'll Keep Looking

Publié le par Crazy Horus


Basé à Buffalo dans l’état de New York, le groupe Pseudo Slang, composé d’Emcee Slick et du rappeur/producteur Tone Atlas cultivent avec goût une certaine émulation pour l’art urbain, notamment pour le graff et le rap. Signé depuis 2005 sur le label Fat Beats, le duo effectue une longue tournée aux Etats-Unis, au Canada ainsi qu’au Danemark afin de livrer un rap/jazz fin mais résolument hip hop.

Leur musique trouve facilement ses racines dans certains albums de Common (Resurrection, One Day It’ll All Make Sense) avec qui ils partagent une sonorité proche, en convoitant de délicates boucles de guitare jazz (« Prefect Beat »), pour un résultat très smooth. C’est donc sans prétention que Pseudo Slang sort ce premier opus intitulé We'll Keep Looking venant par là même, intégrer la nébuleuse du genre et enrichir encore un peu plus la longue liste des artistes qui se sont engagés dans cette voie depuis le début des années 1990.

We'll Keep Looking contient tous les ingrédients d’un rap/jazz compétent. Des lyrics sensés, des productions qui font la part belle à un jazz ouaté (« Ogallala », « Omelette », « Bedouin », « Myth Of Web-Slinger » etc.) teinté de scratches hâtifs et de cuts qui viennent appuyer un peu plus les lignes de basse (« Perfect Beat », « Walkin »). De la même manière, le flow des deux rappeurs marque une retenue appréciable bien que sans éclat, mais n’en reste pas moins fluide et technique. L’album contient peu de chœurs et de refrains chantés, à l’exception du sublime « Broke & Copasetic » porté par la très pudique prestation de Vinia Mojica qui a fait ses premières armes sur des titres des Jungle Brothers’, de De La Soul et d’A Tribe Called Quest. Par ailleurs, l’opus bénéficie de certains morceaux qui se détachent assez bien de l’ensemble. C’est le cas de « Chill Out $ » à l’influence « dillienne » et au son ondulé, ainsi que de « Yes Doubt », un boom bap tout en finesse et appréciable.

Il ne fait aucun doute que cet opus reste une des meilleures sorties 2009, et une des plus notables dans sa catégorie, talonnée de près par J-Rawls & John Robinson ou encore les Jazz Liberatorz. Toute fois, il est probable que certains considèrent We'll Keep Looking comme quelque chose de rébarbatif et d’un peu lymphatique. Question de point de vue dirons-nous, on essaiera de les convaincre en leur disant d’écouter plus fort, car c’est là que l’album dévoile ses secrets et sa justesse. Un groupe prometteur qui nous réserve probablement de belles choses dans le futur.

 


Publié dans Rap

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article