Atmosphere: Leak At Will

Publié le par Crazy Horus


Plus la peine maintenant de présenter le combo de Minneapolis tant celui-ci est devenu culte. Il vrai que depuis leur premier essai avec Overcast !  en 1997, le groupe a pris un peu plus d’ampleur notamment grâce aux deux opus somptueux que sont You Can’t Imagine How Much Fun We’re Having  et When Life Gives You Lemons, You Paint That Shit Gold. Alors non, Atmosphere ne revient pas avec un nouvel album mais plutôt avec un EP au titre plus réduit que les projets précédents. Leak At Will constitue en quelque sorte un petit « à-côté » disponible gratuitement, histoire de se faire plaisir et de faire plaisir. Certes comme beaucoup d’EPs, celui-ci ne déroge pas à la règle : il est court (7 titres). Qu’importe car malgré sa fugacité Leak At Will s’avère plus que séduisant.

Bien qu’il possède un air de « déjà-vu » (vous comprendrez vite pourquoi), ceci n’altère en rien la qualité de cet opus qu’on pourrait qualifier d’album à part entière. Une nouvelle fois, le groupe frappe fort. Si l’entame est excellente, la fin se révèle remarquable et forcément frustrante. Le duo a peaufiné avec soin des productions pleines de références. Si le titre même semble faire écho au Kill At Will d’Ice Cube, il s’agit surtout de diffuser à volonté et d’être accessible à tout le monde via internet. Atmosphere n’a pas pour autant bâclé le travail ni balancé dédaigneusement cet EP qui fait déjà sensation. Car il est difficile de résister à des titres comme « They Always Know » qui emprunte la mélodie délicate au « Sacrifice » de Madlib qu’il était possible d’écouter sur son dernier Beat Konducta (vol.5 & 6). La version rappée ajoutée à quelques effets rend le tout vraiment captivant, tout comme « C’Mon », morceau introductif au rythme effréné et la beauté brute.

Que dire par ailleurs d’un titre comme « Mother’s Day », s’inspirant du même sample qui apparaît sur « Momma » de Ghostface. Cette ravissante boucle de piano presque frêle empruntée à « Wandering Star » de David Axelrod et qu’Atmosphere métamorphose en ballade nostalgique articulée par le flow résolu de Sean Daley. Les qualités techniques du rappeur n’ont rien à envier aux meilleurs, pour preuve « Feel Good Hit Of The Summer 2 » dévoile un MC ferme et bien ancré sur le beat.

Les autres titres ne sont pas en reste. Un morceau comme « The Ropes » a de l’énergie à revendre avec ses cuivres furtifs, tout comme le syncopé « White Noise ». L’écoute s’achève sur « Millie Fell Off The Fire Escape », qui fait figure d’excellente conclusion. Et quand on disait que l’EP avait un goût de trop peu ! Pour le coup on y reviendra plusieurs fois tellement il est difficile de se lasser d’un tel cadeau. Décidément, ces types ont de la ressource et c’est tant mieux.

Chronique rédigée pour rap2k

 


Publié dans Rap

Commenter cet article

escobar56 17/09/2009 22:18

C'est clair que pour un cadeau, c'est un beau cadeau. Avec Atmosphere, on n'a peut de chances de tomber sur une daube en même temps.

Je t'avouerais que j'ai survolé cet album, mais c'est plus par manque de temps que par manque d'envie. Mais il est dans mon Ipod - je l'avais bien sur téléchargé dès que j'ai su qu'il était gratuit - et c'est fort probable que je le réécoute dès que les sorties de la rentrée se seront un peu calmées.