Brother Ali: Us

Publié le par Crazy Horus


Le plus fameux des rappeurs albinos d’outre-Atlantique semble avoir effectué un tournant artistique depuis son dernier opus The Undisputed Truth paru en 2007 et qui lui avait valu de très bonnes critiques. Après un EP (The Truth Is Here) remarquable sorti en mars de cette année, le rappeur de Minneapolis fait un come back fulgurant sobrement intitulé Us.

Si le titre est en apparence peu prolixe, l’opus révèle une musicalité remarquable, à la frontière entre une soul énergique et un rap blues bien relevé. Difficile de décrire avec précision la principale couleur de l’album qui se décompose en une palette riche. Comme on pouvait s’en douter, Jason Newman ne cavale pas seul et forme bel et bien un duo habile avec Ant, membre d’Atmosphere et producteur atypique mais non moins talentueux. C’est donc sur les 16 pistes que comporte Us qu’Ali aidé de son comparse, fend l’air une fois de plus sur des notes chaudes et une ambiance quasi religieuse (Ali étant de confession musulmane) si on en juge l’entame « Brothers & Sisters » scandée par Chuck D.

Continuant sur cette lancée pieuse, Brother Ali s’engouffre dans un flow effréné épinglé par une série de cuivres entreprenants et de riffs électriques discrets qui viennent apporter encore un peu plus d’entrain à un « The Preacher » flamboyant sur son refrain. Cette énergie si communicative reviendra comme un leitmotiv tout au long de l’album qui conserve une dynamique extrêmement saine, teintée de passages chantés  (« Fresh Air », « Tight Rope ») qui atteignent des sommets sur l’étonnant « Round Here » qui plante un Ali mi-rappeur mi-chanteur. Par ailleurs, quoi de plus original que le métissage d’un « Best @it » featuring Freeway & Joell Ortiz, alliant rythme syncopé et déchirement furtif de guitare.

A bien des endroits, Us trahit un goût immodéré pour la black music. Car y règne comme une ambiance de chapelle à l’heure des chants liturgiques portés par les voix chaudes et puissantes des chœurs des fidèles, comme l’expose magnifiquement le titre éponyme « Us », qui reprend la ferveur musicale de « Brothers & Sisters » en guise de gospel concluant. Si certains morceaux amènent un groove intéressant (« Crown Jewel »), d’autres s’emportent dans une sorte de blues hybride (« Sleepin Away ») comme le magnifique « Breakin Dawn », sorte d’ondulation incantatoire sur fond de cithare. Par ailleurs, le rappeur s’engage dans un flow plus laid-back insolent à la Ice Cube (« Bad MuFucker pt2 »), ce qui du reste n’est pas étonnant quand on sait que Death Certificate est un des albums qu’Ali préfère.

Résultat des courses, Us est un opus produit avec intelligence et qui déploie un zèle appréciable. Ali peut donc arborer fièrement une discographie de qualité avec un sans faute. Serait-ce alors son meilleur album ? Très certainement…

 

Publié dans Rap

Commenter cet article

Sagittarius 16/11/2009 19:32


Encore un très bon album, comme d'habitude. Mais personnellement je commence un peu me lasser, j'attends plus d'améliorations de sa part.


organix 09/10/2009 13:26


j'attendais pas mal cette album mais pas du tout déçus, le genre d'album qui fond remontés l'année et ses déceptions.


Midnight-Marauder 02/10/2009 14:16


Je m'écoute l'album sur YouTube là, ça me plaît bien !! Surtout des trucs genre The Travelers, Us, Fresh Air, Tight Rope, ...

Faut que je l'écoute encore en profondeur car parfois c'est répétitif avec son flow maintenant, si je le trouve en vinyle je le prends :D

PS : par contre son flow est bien articulé, il est pas dérangeant à écouter à long terme !