Big Noyd : Queens Chronicle

Publié le par Crazy Horus

big-noyd-queens-chronicle-300-450x450.jpg

Issu du giron de Mobb Deep avec qui il participera à la conception du classique The Infamous, Big NoydHavoc et Prodigy depuis Juvenile Hell, Noyd ne s’est jamais détaché de cette noirceur qui qualifie si bien le son de QB et qu’il arrose fréquemment de ses verses insolents. Malgré ses débuts fulgurants sur son excellent Episode Of An Hustler en 1996 (Tommy Boy Records), Tajuan Perry n’a jamais su rebondir complètement. Sa discographie inégale liée notamment à une qualité variable de producteurs qui le gratifient que trop rarement de morceaux de choix, est le triste reflet de la réalité. Un sentiment de gâchis plane sur cet injuste sort pourtant bien entouré (Havoc, Alchemist, Fizzy Womack aka Lil’ Fame). est sans conteste un des représentants majeurs du rap hardcore de Queens Bridge. Fidèle à ses acolytes

Reste que la sortie d’un opus de l’afro latino a toujours conservé un engouement certain. Ainsi, Queens Chronicle n’échappe pas aux espoirs rituels de voir un jour le MC revenir avec un album béton qui donnera toute la mesure de son talent.

Mais déjà un premier constat s’impose : Noyd s’est entouré de producteurs familiers tels que Ric Rude, DJ Skizz, Blessoil, MoSS, exit Havoc et autres Alchemist. Si l’arrière garde a pris les choses en main, tous se connaissent suffisamment pour orienter le projet vers une direction qui correspondra à l’univers du rappeur. Deuxième impression, et disons le sans détour, ceux qui s’attendaient à quelque chose d’intéressant se casserons vite les dents. Encore une fois, les productions n’atteignent pas des sommets de virtuosité. Certes nous n’en demandions pas tant, mais la médiocrité chronique qui parsème les opus de Noyd depuis un bon moment semble ici avoir pris ses aises. A l’exception du sépulcral « Pokerface » enveloppé de son épais manteau de brume, seul véritable titre solide noyé dans la masse insipide, Queens Chronicle se révèle très vite décevant.

Difficile en effet de se frotter à la somnolence de «All I Got To Say », « Queensbridge Thuggin' », ou encore « Dreams » par peur de la contagion. Le travail de production dessert le flow qui devient à son tour quelque peu amolli. Le manque de mordant se fait cruellement ressentir. L’atmosphère n’y est malheureusement pas. Certains morceaux s’apparentent plus à un ersatz imbuvable qu’à un véritable son made in QB (« Money Time », « Where My Gz », « Get It Done »). On pourra éventuellement se rabattre sur des textures plus sûres comme « The Rules » et sa plaisante envolée cuivrée, « Kilo Rap » (prod MoSS featuring Termanology and Ghetto), à la vois pitchée  ou bien sur le groove hésitant de « New York Lights ». 

 C’est avec une certaine amertume que s’achève l’écoute de ce dernier opus peu glorieux. Une réalisation qui ne passe pas inaperçue en raison du faible nombre de sorties en ce début d’années 2010. Queens Chronicle n’avait d’attractif que le titre, l’intérieur s’avère d’une vacuité abyssale. Le gâchis continue fatalement et c’est bien dommage lorsque l’on connaît le potentiel de ce MC qui continue tout de même à traverser les années en ayant laissé derrière lui l’éclat de ses débuts.

249498.jpg249498.jpg


Publié dans Rap

Commenter cet article

HIP HOP ADDICT 02/08/2010 02:26


son illustrious était pas tres terrible javais retenu que quelque son mais celui la frole vraiment le ridicule pokerface the rules c'est ce que je retien du skeud dommage pour un mc qui peut faire
tellement mieux..10/20


SnowgoonS 16/03/2010 21:32


Il est loin le temps d'un "Episodes of a Hustla"


drill 16/03/2010 16:41


"Le gâchis continue fatalement et c’est bien dommage lorsque l’on connaît le potentiel de ce MC qui continue tout de même à traverser les années en ayant laissé derrière lui l’éclat de ses
débuts."

J'aurai pas dit mieux...
Encore un skeud tout pété pour ma part. Si bien qu'au final, je vais même plus me prendre la tête attendre un nouveau solo et je ne me lancerai dans l'écoute d'une future sortie qu'après plusieurs
avis positifs.

11/20


escobar56 16/03/2010 13:26


Ouais ben ça tu vois c'est un album que je ne regrette vraiment pas de ne pas avoir écouté. Son Illustrious ne m'avais pas du tout emballé et je vois que ça semble être pareil sur celui ci. Donc
bon, j'ai préféré passer mon chemin.


Crazy Horus 16/03/2010 13:43


Je confirme tu as bien fait ! C'est vraiment très moyen. J'ai hésité pour lui mettre qu'un seul @. D'ailleurs plus personne n'en parle de ce truc.