Kool Sphere : Integritty

Publié le par Crazy Horus

Kool-Sphere.jpg

Ce qui aurait pu s’apparenter à une jolie sortie s’avère être au contraire une belle supercherie. Chronique d’un piège musical inattendu.

Le nom de Kool Sphere ne vous dit peut être pas grand-chose, mais il est probable que vous l’ayez aperçu dans ce clip à l’esthétique parfaite qu’est « Reality Check » produit par DJ Premier. La moitié de Verbal Threat, originaire de NYC après avoir sorti en 2009 quelques chutes de studio avec son très bon Unreleased Archives, nous livre ici son premier opus, adoubé au passage par Monsieur Premier. Un appui de poids alors que la concurrence se fait rude pour qui gardera le haut du pavé dans l’underground new yorkais.

Pour le moins que l’on puisse dire, Integritty avait tout pour plaire. Un MC vertueux, admirateur incontesté du golden age, incorruptible et intègre. Une tracklist séduisante, qui contient de gros calibres comme Lil’ Dap, Smooth Da Hustler, Kool G Rap ou AZ. Des choix artistiques qui tapent incontestablement à l’œil. Reste à voir ce que l’opus a dans le ventre. Ceci est une autre histoire…

Si la première écoute intégrale réjouit de part sa constance à la fois dans le fond et la forme, ce revival s’étiole à une vitesse folle. N’étant pas ce qu’on appelle dans le jargon « un bouffeur de mic », Kool Sphere paie cher son flow monotone face à des pointures plus exercées comme Smooth Da Hustler, AZ et surtout Kool G Rap. Difficile de lutter face à de tels monstres, il en deviendrait presque effacé. Le rappeur aurait pu s’en tenir à cette imprudence largement pardonnable, mais celui-ci semble se pousser lui même à l’erreur en présentant une ligne artistique qui s’avère fatale. Integritty se révèle alors être un ersatz de Primo, un « copier-coller » lamentable, doté d’un découpage à la limite du plagiat, illustré notamment par Weirdo sur « Stay True », « Blue Collar MC’s», « Serial Killa » et « Supply & Demand ». Ce manque flagrant d’originalité et de prise de risque diminue ainsi fortement l’intérêt porté à cet album dont le but est de satisfaire le puriste lambda. Seulement, à côté du travail effectué par le producteur de Gang Starr, les présentes productions font pâle figure. Car même dans l’imitation, la comparaison ne tient pas. Les trois quarts de l’opus étant du même acabit, reste à sauver le plus intéressant, c'est-à-dire peu de chose. Gardons simplement en tête cette balade jazz sur « Creative Control », le boom bap « Uncondtional » et l’enjoué « Steaks & Lobsters », vous obtiendrez un condensé honnête et déjà plus savoureux. Ironie du sort, seule la douce mélancolie des violons de « Reckless Eye-Ballin’ » produit par Bronze Nazareth et relégué au statut de bonus track, tire son épingle du jeu au milieu de cet amalgame surfait et vide de sens.

A l’heure où les revivals et les références aux 90’s sont légion, tout n’est pas bon à prendre. Encore faut-il savoir susciter un intérêt digne du genre sans avoir à calquer au drum près ce qui a été fait auparavant. Au final, Integritty est presque devenu sa propre caricature.

249498.jpg249498.jpg


Publié dans Rap

Commenter cet article

j d 15/12/2010 20:22


"Integritty se révèle alors être un ersatz de Primo, un « copier-coller » lamentable, doté d’un découpage à la limite du plagiat, illustré notamment par Weirdo sur « Stay True », « Blue Collar
MC’s», « Serial Killa » et « Supply & Demand »."

As-tu déja ecouté les debuts de 20syl?
Selon toi en gros les producteurs n'ont pas le droit d'avoir des influences...
Un peu d'ouverture d'esprit je te prie...


Crazy Horus 15/12/2010 21:52



"Selon toi en gros les producteurs n'ont pas le droit d'avoir des influences..." tu n'as pas bien saisi en fait, quand tu résumes ma pensée de cette manière tu la déformes totalement et c'est
absolument faux.


Entre le plagiat et l'inspiration il y a un monde. Prends l'exemple de Marco Polo qui est largement influencé par Primo, et qui au final s'en sort vraiment bien. Il y a un tas de beatmakers
influencés par des grands comme Pete Rock, Show, Primo, Large Pro etc et qui ont trouvé leur propre voie. Je suis donc très loin de penser qu'il est interdit d'avoir des influences, ça n'a aucun
sens et dans le domaine artistique c'est quasiment impossible de s'en passer. Mon ouverture d'esprit comme tu dis est donc sauve, l'influence artistique est intrinsèque à la création. Sur cet
album Weirdo fait du copier-coller, ça s'entend parfaitement et je trouve ça lamentable. C'est un manque de créativité.


Si je n'avais pas d'ouverture d'esprit je n'aurais jamais créé ce blog ;)



HIP HOP ADDICT 02/08/2010 01:46


pas mal ce skeud


B-Roy 28/05/2010 12:52


Primo a produit un morceaux sur l'album??


Crazy Horus 28/05/2010 13:45



non t'as du mal lire j'ai juste dit qu'il avait été adoubé par Primo, sinon pas de trace de lui sur l'opus, j'aurais préféré d'ailleurs ;) quoique le flow de Sphere n'est pas ma came...