Obie Trice : Special Reserve

Publié le par Crazy Horus

ObieTrice-SpecialReserve-Cover-WEB-300x300.jpg

Voici un projet qui aura su se faire discret et qui commence seulement à pointer le bout de son nez parmi les hip hop headz. Pourtant l’association Obie Trice/MoSS a de quoi surprendre. L’un attaché à un rap plus mainstream gravitant autour du D12 et de la figure internationale d’Eminem aussi natif de Detroit, l’autre présenté comme producteur underground assez doué qui a d’ailleurs produit les albums du charismatique Big Shug. Duo improbable sur le papier certes d’autant plus que l’opus n’est pas un véritable album puisqu’il s’agit de titres réalisés entre 1997 et 2000 sur lesquels le producteur de l’Oklahoma s’est penché avant que son compère sorte sa troisième galette.

On l’aura compris, Special Reserve dévoile une liqueur d’au moins douze ans d’âge, savamment distillée et mise en bouteille à la propriété. Les titres possèdent donc cette âpreté si particulière aux alcools forts tout en alliant une certaine amertume si caractéristique des nectars urbains. On retrouve ainsi ces parfums bruts qui explosent littéralement dans une débauche de frénésie sauvage et d’arrière goût bitumé (« You've Been Slain », « Welcome », « Got Hungry »). La décantation n’a semble-t-il pas été inutile, les dix morceaux (plus un bonus) ont conservé leur corrosivité exacerbée par des beats épurés (« On And On ») gorgés de furieux scratches (« I Am ») qui donnent encore un peu plus de corps à cet ensemble déjà bien corsé.

Si les productions bénéficient d’un mordant incontestable, le flow acerbe d’Obie Trice rend la chose davantage intéressante. Le rappeur fait preuve d’une fougue communicative (« What You Want », « Jack My Dick »), à la fois incisive et parfaitement fluide, accrochant peu l’instrumental. Le débit quant à lui est colossal, palpitant, expressif sans être excessif tout en sachant rester régulier. La maturation du produit est à son terme et peut ainsi révéler un caractère austère doté d’une détermination inébranlable (« Roughnecks ») .

 Special Reserve retranscrit parfaitement le son qui officiait à la fin des 1990’s, dépouillé et sombre. Un cru délectable et capiteux qui s’évente un poil trop vite.

249498.jpg249498.jpg249498.jpg


Publié dans Rap

Commenter cet article

lil'$im 09/01/2010 09:54


Hum j'ai plutôt bien aimé ce projet. Surtout pour le retour d'Obie. Depuis son dernier album c'était un silence radio complet ! L'album s'écoute tranquillement... Maintenant on attends Bottom's Up
!


drill 08/01/2010 00:00


Clairement le travail MoSS et DJ Grouch amène Obie Trice dans une autre dimension. Fini les instrus grands publics, bonjour à rap vrai et dure. Les textes de Trice sur You've been Slain et 4
stories sont vraiment énormes.

Bonne chro l'ami !


Crazy Horus 08/01/2010 09:30


Fini les instrus grand public jusqu'à quand ? pas certain que ça tienne longtemps héhé