Roc Marciano : Marcberg

Publié le par Crazy Horus

roc-marciano-marcberg-450x450.jpg

La discrétion. Voilà un qualificatif qui semble parfaitement coller à Roc Marciano. Pourtant, ce MC originaire de Long Island n’en est pas à son premier coup d’essai, étant pour cause, un des membres du Flipmode Squad de Busta Ryhmes et  producteur du collectif The U.N. Discret certes, mais toujours actif en featuring ou dans la pénombre des studios, le revoilà fin prêt avec un Marcberg taillé sur mesure et à la dimension de son talent.

Largement influencé par l’œuvre des Ultramagnetic MCs et de Rakim, poussé en avant par son mentor Large Professor, Roc Marciano s’est engagé sur la voie de la production en développant un style qui lui est propre. Entouré par les directeurs artistiques Schott Free et Matt Life (cf The Infamous), Marciano a pu mettre en musique un univers personnel qui n’est pas sans rappeler la teinte sombre de Mobb Deep et la texture d’un Only Built 4 Cuban Linx. Car Marcberg est un peu le descendant du rap mid 90’s qui renoue avec le minimalisme affirmé du son de NYC. Reposant sur la base traditionnelle du sampling, la méthode utilisée par Marciano reste conventionnelle alors que le résultat offre à l‘inverse une nouvelle perspective à ce revival singulier. Dépouillés de tout artifice, épurés à leur maximum, les morceaux s’appuient sur des boucles poussiéreuses (« It’s A Crime », « Panic », « Raw Deal ») introduites par quelques extraits du film The Cool World de Shirley Clarke (1964), procédé fréquent, mais ô combien judicieux lorsqu’il s’agit d’illustrer le propos.

Sans pour autant faire de Marciano un fin crate digger (qu’il n’est d’ailleurs pas selon lui), le MC/producteur a tout de même su injecter une tension dramatique constante située à mi chemin entre Havoc et RZA (« Whateva Whateva », « We Do It »). L’atmosphère pesante de l’opus se mêle ainsi à un flow mesuré, empreint d’une assurance froide qui fait des merveilles sur des titres comme le délicieusement soulful « Hide My Tears », « Snow », le grave « Riding Around » ou encore le torturé « Don Shit » à  la beauté étrange.

Chose rare, l’album ne s’essouffle pour ainsi dire pas. Là où habituellement de nombreux opus perdent en intérêt avec des réalisations approximatives voire franchement brouillonnes, Marcberg affiche au contraire une intégrité exemplaire, poursuivant la ligne artistique jusqu’au bout de sa logique. Ainsi, l’austérité est toujours de mise grâce à l’horizon blafard que dessinent « Pop » et « Marcberg » alors entrecoupés par le regain de tension qu’est « Jungle Fever », avant que l’ensemble ne s’achève sur la profondeur mélancolique de « Shoutro ».

A l’image de Duke le protagoniste du film de Shirley Clarke qui tente d’obtenir une arme afin de se faire respecter, Roc Marciano atteint le même objectif d’une façon moins radicale et beaucoup plus noble. Plus qu’une arme, Marcberg devient en vérité une raison d’exister et ce avec la manière.

249498.jpg249498.jpg249498.jpg249498.jpg


Publié dans Rap

Commenter cet article

HIP HOP ADDICT 02/08/2010 01:51


Easy dans mes album favoris de cette année je kiff la vibe du mc c'est trs bien produit par lui méme en plus c'est pas mal POP demonte bien


Bad Lieutenant 06/05/2010 18:33


Par ailleur cool comment il donne ses propz a Prodigy dans son interview sur waxpoetics.com .....


Crazy Horus 06/05/2010 20:10



yep carrément ! et aussi à Large Pro et Pete Rock il me semble. Du lourd cet album.



Bad Lieutenant 06/05/2010 18:27


Album de ce debut d'annee.... Super homogene, bien produit, bien ecrit et rappe.... bref du lourd pour tout fan de real HH....

17/20


SnowgoonS 06/05/2010 11:29


Merci pour les interviews, clair qu'il ne fait pas de copier/coller et qu'il a su faire son propre truc, par contre je pense que il y a 10 12 ans qu'il soit dans l'air du temps oui mais qu'il soit
un album majeure peut être pas.

Avec les merdes qu'on a aujourd'hui cette album "nous" fait du bien à tous ! Ceux qui n'ont pas apprécies sont peut être ceux qui vivent un peu plus dans le présent et qui ne cherche pas à se
soucier ou même à s'intéresser de ce qui a pu être fait par le passé.


Crazy Horus 06/05/2010 11:46



difficile de se prononcer sur l'impact qu'un tel album aurait pu avoir sur les 10 dernières années. Je m'y suis risqué mais ça ne sert pas à grand chose. Pour moi en tout cas ça reste un des
albums majeurs de la décennie, je n'ai pas peur de le dire ! héhé Il y a longtemps que je n'avais pas reçu une telle claque sérieux.



SnowgoonS 06/05/2010 10:25


Good chro mec, j'aime beaucoup le "Plus qu’une arme, Marcberg devient en vérité une raison d’exister et ce avec la manière." Elles sont ou ces interview stp que je me fasse ma propre idée ?

L'album est excellent sur tous les points, mais il y a juste une question (pas très importante) qui me taraude, qu'elle aurait été son intérêt si il était sortis il y a 10 12 ans (déjà vu déjà
fait)
Pour moi ce projet est au final un parfait retour aux sources !


Crazy Horus 06/05/2010 10:52



Voilà une des interviews (la mieux à mon gout) http://www.waxpoetics.com/2010/04/roc-marciano/ sinon t'en as une sur HHDX.


Pour  ta question, je dirais que c'est impossible de répondre car lui même s'est inspiré d'opus sortis entre 94-96, donc aucune raison d'exister à l'époque. Marcberg repose sur les
réalisations précédentes, s'en inspire, sans pour autant faire un copier/coller honteux. Mais admettons qu'il soit sorti il y a 10 ou 12 ans, je pense qu'il aurait été parfaitement dans l'air du
temps et aurait pu être un album majeur.