Soul Jazz Records presents : Can You Dig It? Music & Politics Of Black Action Films : 1968-1975

Publié le par Crazy Horus


Depuis les années 1990 nous assistons à une réhabilitation de la blaxploitation au sein de la culture musicale et cinématographique. En témoignent l’utilisation massive de samples issus des B.O dans les productions rap, l’hommage de Tarantino à travers son chef d’œuvre Jackie Brown (1997), ou les multiples compilations qui fleurissent dont la très répandue mais non moins bonne The Best Of Blaxploitation (3 cd) parue chez Pias.

Avec Can You Dig It? Music & Politics Of Black Action Films : 1968-1975, Soul Jazz Records vient donc nourrir encore un peu plus un marché déjà florissant mais avec la manière ! Et quoi de plus évocateur que la figure sublime de Pam Grier pour introduire cette compilation non exhaustive reposant sur deux cd traversant les années « blacks » des 70s. Genre issu des revendications pour les droits civiques, celui-ci est avant tout cinématographique et vise principalement à promouvoir l’image du Noir jusque là peu ou sous-représenté par les médias traditionnels. Cet accaparement du cinéma possède ses codes socioculturels spécifiques qui cherchent à donner et à affirmer la place de la communauté afro américaine dans la société, à l’heure où se développent la ghettoïsation de certains quartiers de New York comme Harlem ou le Bronx. Reprenant à leur compte les sous-catégories (western, polar, horreur etc.) propre au cinéma, une quantité impressionnante de films de genres revisités apparaît tout au long des années 1970 dont le trait commun réside dans le fait que le héros n’est plus blanc mais black. 

C’est ainsi que naissent des films de qualité variable tels que The Mack (1973), Coffy, Foxy Brown (1975), Shaft (1971), Superfly (1972) et autres Blacula (1972) à une époque où l’héritage « révolutionnaire » des années 1960 vole en éclat et laisse place à la froide violence urbaine.  Autre point commun et non moins important entre toutes ces réalisations, la création des bandes originales est signée par les grands pontes de la black music qui vivent alors un « âge d’or » construit par des noms illustres tels qu’Isaac Hayes, Curtis Mayfield, Roy Ayers, Johnny Pate, Melvin Van Peebles ou Bobby Womack,.

Cette compilation regroupe certains titres fameux représentatifs de cette blaxploitation fiévreuse, transcendante et délicieusement funky. Les classiques se côtoient donc de près. Parmi eux il est possible de retrouver « Ed and Digger » de Galt MacDermot (BO Cotton Comes To Harlem), « Theme Of Foxy Brown » de Willie Hutch (BO du même nom), « Shaft » d’Isaac Hayes, « Across 110th Street » de Bobby Womack, ou encore le funk cuivré de « Coffy Is The Color » de Roy Ayers (BO Coffy). Inutile donc de les énumérer les uns après les autres tant il y en a (34), vous découvrirez par vous-même.

Can You Dig It ? constitue donc une bonne approche pour les néophytes et peut s’avérer intéressante pour ceux qui désirent compiler standards et morceaux moins connus du grand public. Le mieux reste tout de même d’acheter toutes ces B.O de films d’un kitch chic en version cd ou 33t. Les plus riches pourront même se payer le luxe d’un original… Si Soul Jazz Records semble avoir compilé intelligemment cette petite box élégante, il sera difficile de rivaliser avec le label Rhino qui a su s’imposer comme le meilleur compilateur soul/funk en terme de qualité. L’effort est appréciable mais pour d’autres il s’avérera insuffisant. A vous de juger !

 


Publié dans Soul-Funk

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article