Superstar Quamallah : Invisible Man

Publié le par Crazy Horus


Il y a des sorties qui vous passent sous le nez et qui par le plus grand des hasards se glissent tout de même jusqu’à vous un peu plus tard pour votre plus grande joie. C’est alors le déclic. Ce petit truc qui fait que cela vous touche comme rarement, le sentiment d’avoir découvert  quelque chose qui en vaut vraiment la peine. Alors adeptes du jazz/rap soyeux, soyez attentifs, car ce qui suit pourrait aisément vous plaire !

Inutile de préciser qu’en matière de jazz/rap le travail a été entrepris depuis longtemps et ce depuis le début des années 1990. Toute une pléiade d’artistes s’y est engouffrée avec plus ou moins de réussite et de reconnaissance, et cela continue encore aujourd’hui, bien qu’il se fasse peut être un peu plus rare qu’avant. Qu’importe. Le témoin des aînés semble être passé avec succès, permettant à la seconde génération de prolonger encore un peu plus l’expérience musicale en la liant notamment à de la soul et à une pointe d’électro. Parmi tous ces artistes engagés dans cette branche du rap, certains sont comme marqués au fer rouge par les acquis des années 1980/1990, d’où ces références musicales chroniques. Superstar Quamallah est sans aucun doute l’un d’entre eux, si l’on en juge ses propos qui trahissent une certaine admiration pour la période 1983-1994 avec une préférence pour l’année 1988 et 1993. Car il est vrai que cette ère aura marqué le hip hop qui a vu la naissance de deux grands pôles musicaux différents, l’un à l’Est, l’autre à l’Ouest. Loin de cette rivalité pernicieuse entretenue par les medias et certains acteurs directs dont le summum de la bêtise est atteint lors des morts successives de 2Pac et de Notorious BIG, c’est une émulation créatrice qui gagne la première moitié des années 1990, à qui l’on doit la naissance de nombreux rappeurs prometteurs. C’est donc en hommage à cette époque faste que le rappeur de Brooklyn réalise son opus intelligemment intitulé Invisible Man, en référence au livre du même nom de Ralph Ellison  paru en 1952.

Superstar Quamallah c’est d’abord une voix mesurée, des textes intelligents remplis de références et d’humilité comme en atteste « You Need Knowledge » boom-bap à l’ancienne fait de cuts et de samples cuivrés rafraîchissants. La structure très ouatée de certains morceaux (« 1993 Shit », « Black Shakespeare », « For My People It’s Spiritual ») laisse place à la réflexion, calme et reposée d’un MC gagné par la nostalgie. Le son est d’une limpidité rare, d’où s’exhale une certaine nonchalance ponctuée d’une pluie d’accords de piano sur « 88 Soul ». Si Invisible Man se présente comme un opus hommage aux 90s, c’est en partie grâce au son épuré et au beat claquant de « Lonely At The Top »,  ou à la délicate voix pitchée de « Just Listen », deux morceaux très facilement indentifiables au même titre que l’arachnéen « California Dremin’ ».

Seulement, comme dans de nombreux cas, l’opus n’échappe pas à l’épuisement. Bien que corrects, les derniers titres  comme « Kunta Kente », « We Got Plots » et « Hope She Remembers Me » n’apportent qu’un intérêt limité à un jazz/rap soudainement devenu fastidieux et morne, malgré le classicisme de « Do Win-dis ».

Il n’en reste pas moins que ce premier essai de Superstar Quamallah est une bonne surprise. Passé totalement inaperçu en début d’année espérons que son titre ne lui réserve pas un funeste destin… Les amoureux de jazz/rap « conscient » s’enrichiront une fois de plus avec cet album qui bénéficie de productions plutôt soignées et smooth. L’invisibilité semble rendre créatif, certains devraient en prendre note.


Publié dans Rap

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Clovis Simard 27/06/2012 13:58

Blog(fermaton.over-blog.com),No-7. - THÉORÈME LIMITE. - Superstarts ?

Victor 02/11/2009 22:16


J'ai écouté cet album et c'est vrai qu'il est bien réussi. Il est bien réalisé, plaisant et authentique, il sent le Hip Hop. Après je trouve qu'il manque un petit quelque chose, un petit grain de
folie (au niveau des prods par exemple) qui fait qu'on aurait plus retenu cet album ! Mais on passe quand même un bon moment à l'écouter :)

PS : au fait, t'as écouté le mix que j'ai posté juste en dessous du Fashawn ? J'aurais aimé avoir ton avis ;)