Group Home : Gifted Unlimited Rhymes Universal

Publié le par Crazy Horus

GroupHomeguru.jpg

Etonnement, il aura fallu que Guru disparaisse pour que Group Home renaisse de ses cendres. C’est dans ces tristes circonstances que le duo brooklynite effectue un retour inopiné, seize ans après leur classique Linvin’ Proof paru en 1995, dont la verve implacable et les productions signées DJ Premier auront assuré le succès éternel. Longtemps affiliés à la GangStarr Foundation, Lil Dap et Melachi ont toujours gravité autour de leurs frères de Gangstarr. Depuis Daily Operation (1992) en passant par Hard To Earn (1994), Group Home a continuellement été de la partie, très vite rejoint par de gros calibres tels que Jeru The Damaja, Big Shug ou plus tard Afu-Ra. En 1999, après la parution de leur deuxième et excellent opus A Tear For The Ghetto, le crew se disloque. Melachi étant parti tutoyer les quatre coins d’une cellule, Dap se retrouve seul. Si le coup est rude, ce dernier n’en demeure pas moins très actif, réalisant entre 2001 et 2008, un très bon 12” (”Brooklyn Zone”/”Ghetto Love” 2001), de multiples collaborations (Declaime, Large Pro, Shabazz, Gangstarr...), ainsi qu’un album solo sobrement intitulé I.A. Dap (2008).


Lorsque Guru décède le 19 avril 2010, la planète Hip Hop est en émoi. Durant de nombreuses semaines, les hommages pleuvent dans tous les coins du monde. Des proches aux simples cats, chacun y va de son R.I.P. solennel et affectueux. Parmi la myriade de marques de respect envers le défunt MC, Group Home annonce un album-hommage au titre aussi gracieux qu’évocateur. Un G.U.R.U. (pour Gifted Unlimited Rhymes Universal) inscrit en lettres blanches sur un fond bleu traversé par le mythique métro new yorkais qui jadis véhiculait la mémoire fugace des adolescents des quartiers noirs. Au sein de cette friche urbaine, les deux acolytes, mine renfrognée, fixent l’objectif comme un défi face au coup du sort. L’ancien duo de fer ici reformé pour l’occasion, offre à la postérité leurs affects les plus intimes sur des titres qui suintent les 90’s. Bien que l’ensemble soit peu novateur, cet opus fait l’effet d’une madeleine de Proust. De la voix métallique de Dap, mêlée à celle de Melachi, s’échappent les réminiscences des “good old days”, sentiments prolongés par la présence d’un Jeru sur le retour, mais dont le flow reste d’une justesse imparable (”Guru”). Comme à l’accoutumée, Group Home privilégie les productions corrosives au rythme raide qui craque comme du bois sec (”Get Out The Car”, “Ears To The Streets”). Ancré dans une nostalgie palpable, l’album alterne phases ténébreuses (”Pay Attention” et son excellent verse de Smiley The Ghetto Child) et ambiances plus fraîches (”You Got It”) sur des titres où Guru tel un spectre place ses savants lyrics. De cette belle époque, deux titres explosifs ont été exhumés du précédent opus, respectivement produits par Agallah et DJ Premier. Ainsi les sirènes abrasives de “Be Like That” et la singulière boucle de “The Legacy” empruntée au “Just One More Day” de Clarence Carter, font office d’hymnes révérenciels à l’ami trop vite disparu, en souvenir du bon vieux temps. La plupart des morceaux, peu bouleversants soient-ils, composent un bloc homogène, celui d’un rap honnête et coriace à l’image de “The Realness 2010”, “Ghetto Soldiers” et “Up Against The Wall”.


Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’avec ce Gifted Unlimited Rhymes Universal, Group Home effectue un come back inattendu. Peu de personnes auraient parié sur un hypothétique retour des auteurs de “Supa Star” et “Livin’ Proof”, tant les deux MC paraissaient éloignés l’un de l’autre. Au final, si Melachi manque un peu de précision dans le calage du flow, Lil’ Dap conserve quant à lui le caractère incisif de son style. Loin de l’échec honteux d’un groupe en mal d’inspiration, G.U.R.U. est une résurrection.  

249498.jpg249498.jpg249498.jpg

 

  


Publié dans Rap

Commenter cet article

drill 25/10/2010 00:39


bon bah déçu.
Album fade sans être mauvais. Une espèce de copie sans âme et talent de la patte Group Home. A cela s'ajoute un Melachi invisible et insipide à souhait... Puis le comble quand même, c'est l'absence
de Primo sur l'ensemble de l'album alors que l'album semble quand même être l'hommage de la Gang Starr fundation à l'un de ses fondateurs.

Je lui mets 13 pour le travail de Dap, Jeru et le côté émotif de la présence de GURU


Crazy Horus 25/10/2010 01:15



on est d'accord, pas marquant ça aurait pu être bcp mieux. Vite oublié.



escobar56 21/10/2010 20:23


Album commandé Mr. Horus !
J'avais rapidement écouté sur Deezer, ça m'avait paru pas mal du coup j'ai tenté la commande, il n'était vraiment pas cher sur Amazon.


Crazy Horus 21/10/2010 20:50



yeah ! et si t'as pas les deux premiers c'est à avoir en tout cas !