BK-One with Benzilla: Radio Do Canibal

Publié le par Crazy Horus


Les voyages forment l’imaginaire, et favorisent parfois l’inspiration. Les exemples sont légions : les Beatles en Inde en 1968, Gainsbourg en Jamaïque, ou dans une autre mesure les Rolling Stones en France à Villefranche-sur-Mer en 1972 où ils enregistrent le classique Exile On Main Street…On pourrait continuer longtemps comme ça, mais ce qui est certain, c’est que l’éloignement du pays natal amène quelque fois à la réalisation de soi, et à une forme de quête plus ou moins consciente. Nombreux sont les musiciens qui ont fait cette expérience à l’étranger pour en revenir avec quelque chose de nouveau qui donnera une impulsion à la prochaine création.

Pour BKOne (illustre DJ de Brother Ali entre autre) c’est en Amérique latine que l’inspiration s’est fait sentir, notamment lors de son séjour prolongé au Brésil. La culture latino américaine dont la musique principalement, a eu un impact extrêmement fort sur le DJ/Producteur d’où le titre Rádio do Canibal de son premier opus, en référence au « Cannibal Manifesto » du poète José Oswald de Andrade Souza, père du modernisme brésilien à la fin des années 1920. C’est proche de l’état d’esprit du duo  Mario et Oswald de Andrade, que BK One et Benzilla se sont attelés à la production de cet opus à la pochette psychédélique typiquement brésilienne.

Si Rádio do Canibal bénéficie d’une approche originale, sa richesse réside aussi sur une palette d’invités de renom tels que Brother Ali, KRS One, Phonte, Black Thought, Raekwon, Murs, Scarface etc. Peu d’albums peuvent s’enorgueillir d’un tel luxe ! Comme on peut s’en douter, l’opus est garni de samples de bossa nova, de fado ou de funk brésilien, qui lui confèrent une dimension toute particulière. Ainsi, de nombreux titres illustrent parfaitement cette approche  comme « Mega », « Face It », ou encore le carnavalesque « Tema Do Canibal ».

La décontraction latino amène un son très laid back proche de la West Coast où s’y déploie un hédonisme affirmé (« Here I Am », « Face It », « Blue Balls »). Les deux producteurs jouent aussi sur les lignes de basse notamment sur un « Philly Boy » scandé à merveille par Black Thought et qui dans sa deuxième partie fait état d’une suave envolée instrumentale au dessus de la statue du Christ Rédempteur perché sur le Corcovado. En outre, l’album semble être contaminé par la fièvre funky do Brasil. En témoignent des titres comme «Gititit » et « Eighteen To Twenty-one ». En revanche, d’autres morceaux affichent une autre couleur certes un peu moins chaude mais ô combien appréciable, d’autant plus que certains rappeurs viennent contribuer à la réussite comme Raekwon sur « The True », P.O.S sur « A Day’s Work » ainsi que Brother Ali et Scarface sur « American Nightmare ».

Dans l’ensemble, Rádio do Canibal s’avère être une réussite qui sort de l’ordinaire sans non plus atteindre des sommets d’originalité. La cohérence est de rigueur, la thématique respectée, même si on aurait aimé que les producteurs jouent encore plus à fond la carte brésilienne. Un opus respectable en soi et qui ne fera pas de mal à nos oreilles.  

 

 

Publié dans Rap

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sagittarius 21/11/2009 17:01


J'ai reçu ce disque mais j'l'ai pas encore écouté. J'ai le temps de le chroniquer, il sort le 18 janvier en France officiellement.


Victor 17/11/2009 20:25


J'aime beaucoup l'ambiance qui se détache de cet opus, c'est original, ca change et ca fait du bien. Maintenant, c'est loin d'etre révolutionnaire, mais les prods sont plaisantes et le travail au
mic est bien fait ;)


escobar56 10/11/2009 23:16


Non je ne pense pas. Encore ca aurait été tout le Dilated People mais là c'est qu'un membre donc la flemme de payer le déplacement. Par contre j'ai ma place depuis un moment pour De La Soul et Slum
Village à Nantes le 7 décembre. Seras tu de la partie ?


escobar56 10/11/2009 19:28


Tu les déniches ou tous ces skeuds homie ?


Crazy Horus 10/11/2009 22:46


Bah écoute je fais un tour sur le net au gré du vent sur des sites spécialisés ou pas, certains blogs aussi et puis dans les discussions. Je privilégie surtout les ites US ou les sites de certains
labels, les myspace et même wikipedia ! Je fouine comme un ouf ;) j'écoute si ça me plait j'achète. Sinon tu vas chez le disquaire t'écoutes un truc et bahm t'achètes car tu trouves ça énorme.

Au fait ça n'a rien à voir mais tu viens le 27 novembre au concert Dooinit ?